Interview

Rencontre avec Maya, auxiliaire de vie à Royan

Pendant la Semaine Bleue, nous vous proposons de découvrir les équipes OVELIA qui œuvrent chaque jour auprès de nos résidents, toujours dans le respect de leur autonomie. Aujourd'hui entretien avec Maya, auxiliaire de vie à Royan
Bonjour Maya, merci de répondre à nos questions. Avant de commencer pouvez-vous nous rappeler un peu votre parcours avant de rejoindre OVELIA ?
 
Je travaille auprès du public senior depuis mes 23 ans, j’ai débuté ma carrière au bloc opératoire d’une clinique privée en tant qu’aide-soignante. J’ai ensuite pendant près de 26 ans exercé dans un grand hôpital toujours en tant qu’en aide-soignante. Après une pause professionnelle, j’ai déménagé en Charente Maritime, où j’ai là aussi evolué auprès de personnes âgées. Enfin, après une expérience dans un service de nuit, j’ai rejoint les équipes d’une résidence senior d’un groupe concurrent où  j’ai connu Laure.
Je travaille aujourd’hui aux Balcons de Royance  depuis l’ouverture et j’évolue dans un cadre complètement en accord avec mes valeurs.
 
Au sein de la résidence quel poste occupez-vous et en quoi consistent vos missions ?
 
Au sein de la résidence je suis auxiliaire de vie, je suis en droit d’exercer ce métier grâce à ma précédente formation d’aide-soignante. C’est un poste très polyvalent, intéressant et riche. Les auxiliaires de vie ont la particularité d’intervenir directement chez les résidents. On peut faire les courses, on aide les résidents à cuisiner. On participe à leur vie de tous les jours.
Mon métier ne s’arrête pas là, je participe activement aux animations extérieures et au sein de la résidence. J’accompagne par exemple les résidents lors de sorties dans les châteaux de la région ou pendant des balades. J’aide aussi certains, les plus « frileux », à sortir de chez eux, et tout particulièrement pendant la période actuelle, je suis leur point de repère.
Aussi tous les jeudis j’anime un atelier mémoire, elle doit être stimulée avec l’âge. J’aime leur dire que c’est comme une voiture, il faut faire une révision.
Nous essayons avec le reste de l’équipe de diversifier au maximum les activités pour que chaque moment ne se soit pas trop monotone. Pour moi le principal, c’est l’échange, et avec la crise actuelle on s’évertue à renouer le lien parfois rompu durant ce long épisode de confinement.
Enfin, tous les vendredis avant la situation sanitaire actuelle nous organisions un grand goûter. L'occasion de diffuser les informations de la semaine passée et de présenter les prochaines animations. Depuis la crise, nous continuons ces goûters, mais de manière adaptée avec un protocole sanitaire strict.
 
Avez-vous l’occasion d’échanger avec les résidents ?
 
Evidemment, et j’ai la sensation que toute l'équipe a une relation privilégiée avec les résidents, les gens sont arrivés au compte-goutte avec un noyau de départ. On a pris le temps de tisser un lien avec chacun et cela continue encore aujourd’hui. Pour les citer, ils aiment dire qu’ils se sentent comme au Club Med,  toujours en vacances. Ils ne peuvent pas nous rendre plus heureux quand ils disent cela, car chaque jour nous essayons de rendre leur séjour le plus doux possible.
 
Avez-vous l’occasion de travailler avec le reste de l’équipe ?
 
On travaille toujours en équipe, j’aime bien dire qu’on est comme une chaine de bijou et que Laure en est le fermoir. On est très solidaire et c’est génial de travailler dans une telle ambiance. On vient toujours sans aucune appréhension. C’est la première fois depuis le début de ma carrière que j’évolue avec une équipe comme celle-ci, il y a une vraie osmose et c’est ce qui fait la force de la résidence.
 
Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier ?
 
D’être avec des seniors épanouis ! J’ai longtemps travaillé en EHPAD avec des personnes extrêmement diminuées et vulnérables avec qui finalement il y’avait peu d’échanges, j’avais moi-même une autre approche de mon métier. Ici, les résidents s'amusent sans cesse, sont emplis de joie et appréhendent pleinement leur vieillesse.
Nous nous efforçons de donner le meilleur de nous-même et ils nous le rendent bien. On a envie de se surpasser pour les accompagner.
 
Une anecdote à partager avec nous ?
 
Mon premier jour est assez inoubliable. J’ai débuté ma première journée avec une astreinte de nuit. J’avais très peur que quelqu’un me contacte et que je ne sache pas comment réagir. Finalement, peu avant 6h du matin une résidente me téléphone pour une panne électrique. Paniquée je me rends à son appartement mais malheureusement aucune de nous deux n’arrivaient à résoudre le problème. On s’est mise à pleurer, dépitées. Après avoir trouvé de l’aide, l’électricité est revenue et on s’est enlacées de soulagement ! Aujourd’hui l’électricité n’a plus de secret pour moi (rires)
 
Merci infiniment à Maya d'avoir répondu à nos questions.